fbpx

Trentino Alto-Adige / Trentino Südtirol.

S’il y a une région en Italie qui dépayse tous les visiteurs c’est bien celle-ci.

Lorsqu’on pense « Italie », on pense Renaissance, Dolce Vita, Cuisine méditerranéenne, chaleur, fontaines, etc… Ici on se rend vite compte qu’on change de monde.

Il s’agit d’une région divisée en deux provinces, au Sud, la province de Trente, on y parle italien, ça ressemble un peu à l’Italie, mais les paysages de montagne, les Dolomites, et le dialecte local (le ladin) nous font comprendre que nous sommes sur un territoire de transition entre deux mondes.

AlpAddict en Südtirol
Ortisei, dans le Südtirol

L’autre monde, c’est la province plus au nord, celle de Bolzano, le Südtirol.

Grande ville de montagne, un peu comme pourraient l’être Grenoble ou Innsbruck, une capitale des Alpes.

Ici, la langue officielle est l’allemand, bilinguisme obligatoire italien et allemand mais dans les faits, plus on s’éloigne de Bolzano, moins on entend parler Italien. Si les indications routières sont écrites dans les deux langues, les affiches publicitaires, les annonces d’événements locaux et d’autres informations sont bien majoritairement écrites en allemand.

Ici c’est le Südtirol, bien que pour les italiens, il s’agisse de l’Alto Adige, du Haut Adige, l’Adige étant ce fleuve qui descend des glaciers de la Val Venosta, et traverse toute la région, avant de passer sous les ponts de Vérone, et de continuer sa route vers la mer Adriatique.

Historiquement on résumera en disant que c’est un bout de Tyrol, qui était du mauvais côté des montagnes pour pouvoir être considéré géographiquement comme une partie de celui qui est aujourd’hui en Autriche.

Néanmoins, il a fait partie du Tyrol pendant des siècles, et rattaché à l’Italie après la première guerre mondiale, ensuite « italianisé » pendant le régime fasciste, avant de retrouver une forme d’autonomie de plus en plus large au fil du temps jusqu’à nos jours. Cette histoire a façonné son caractère d’aujourd’hui, celui que vous allez découvrir.

Route des vins du Trentino Alto Adige avec AlpAddict
Route des Vins près de Bolzano

On retrouve cette différence aussi dans la cuisine, plus raffinée et beaucoup plus proche de la cuisine tyrolienne dans le Südtirol, et simple, à base de produits de la montagne dans le Trentin. Un point commun cependant, le climat du Sud des Alpes favorise la culture de la vigne et de nombreux vins sont produits dans les deux provinces. Un d’entre eux le Traminer (terroir de Termeno/Tramin sur la route du vin entre Bolzano et Trente), a beaucoup voyagé et a fini par atterrir en Alsace en donnant une variante, le très célèbre Gewürztraminer.

Ce plaisir de la table, cet art de vivre qui réunit ce territoire au reste de l’Italie, trouve à Merano/Meran, ville thermale sa quintessence : ville d’eaux et de jeux, entourée de vignes et de montagnes, face au soleil du sud, la plus italienne des villes du Südtirol par sa fréquentation, n’est qu’à quelques kilomètres d’un village qui s’appelle… Tirolo/Tirol, berceau d’une nation. C’est ici dans le château de ce village qu’est issue la lignée des Comtes du Tyrol qui a regné sur une bonne partie des Alpes.

AlpAddict en Alto Adige
Paysage du Südtirol près de Rodenegg

Géographiquement, le Südtirol a un peu le contour d’un aigle, symbole du Tyrol.

Si la tête pourrait être représentée par la vallée de l’Isarco/Eisack qui remonte de Bolzano vers le Brenner pour relier l’Italie au nord de l’Europe à travers l’Autriche et l’Allemagne, les ailes seraient les deux grandes vallées : à l’Ouest, la Val Venosta (Vinschgau) au fond de laquelle coule le fleuve Adige en amont et en aval de la belle ville thermale de Merano/Meran et qui communique avec la Lombardie, la Suisse et l’Autriche, et à l’Est, la Val Pusteria (Pustertal), ancien domaine des seigneurs de Brunico/Bruneck qui communique avec la Vénétie et l’Autriche à travers des cols à basse altitude.

Val Badia
Val Badia

Plus au sud, le Trentin, qui, lui, est toujours resté très italien, et symbole d’une resistance Italienne contre les Autrichiens (tout comme Trieste) a une forme moins évocatrice, mais on pourra retenir la présence de plusieurs grandes vallées : la Val di Sole et les Valli Giudicarie à l’Ouest et la Valsugana et la Val di Fiemme qui se prolonge en Val di Fassa à l’Est.

Toutes ces vallées sont habitées à l’année, et les habitants tirent leurs revenus de l’agriculture, de l’élevage, du commerce et bien sûr du tourisme. Cependant, on ne retrouvera pas dans cette région des stations de ski bétonnées dans les année ’60 ou ’70 comme on pourrait en retrouver en France ou en Suisse.

Ici on a respecté l’habitat traditionnel, et la ruralité qui font le charme de cette région. On trouve cependant de formidables domaines skiables.

Pour n’en citer que quelques uns, on retiendra Madonna di Campiglio, Val Gardena (Ortisei et Selva), San Martino di Castrozza, Canazei, Val Senales (qui, elle est plutôt moderne), Solda au pied de l’Ortles, ou le KronPlatz entre Brunico et la Val Marebbe pour le ski alpin ; et les grands domaines nordiques de la Val Pusteria (Dobbiaco/Toblach, San Candido/Innichen, Sesto/Sexten, Anterselva/Antholz ou la Gsiesertal) aux fond plats et boisés, idéaux pour la pratique des disciplines nordiques.

Madonna di Campiglio
Madonna di Campiglio

Ces domaines skiables sont parfaitement intégrés au reste du paysage, puisqu’ils sont souvent à l’écart des petits villages qui se serrent autour d’églises, le plus souvent aux clochers effilés ou à bulbe.

Mais la curiosité principale ici, ce sont les Dolomites.

A cheval sur la Vénétie, le Trentin et le Haut Adige / Sudtirol, ce massif montagneux caractérisé par ses pics, cimes, parois, crêtes pierreuses, aux couleurs changeantes selon le moment de la journée fait la joie des amateurs d’escalade. Au pied de ces falaises ocre ou dorées on pourra pratiquer en été la randonnée, le VTT, ou le cyclisme sur route en attaquant les nombreux cols qui en font le tour, et en hiver le ski dans les nombreux villages équipés de remontées mécaniques donnant accès à des domaines skiables ensoleillés et panoramiques.

AlpAddict dans les Dolomites
Tre Cime di Lavaredo / Drei Zinnen

Les meilleurs sites pour apprécier les Dolomites se trouvent aux abords de Bolzano autour du Catinaccio, de la Val Gardena et des Odles, de Dobbiaco avec les Dolomites de Sesto et plus au sud vers San Martino di Castrozza avec les Pale di San Martino.

Mais l’itinéraire le plus grandiose reste le tour du massif du Sella et de ses quatre cols.

Les Dolomites se prolongent également en Vénétie, autour de Cortina d’Ampezzo et de la région du Cadore.

La Vénétie

Locomotive économique de l’Italie, grâce à son tissu très dense de petites et moyennes entreprises, parfois mondialement connues (Geox, Benetton, Luxottica), la Vénétie peut aussi compter sur son attrait touristique indéniable. Venise, Vérone, Lac de Garde (une des rives), Padoue… les vignobles du Valpolicella, et les… Dolomites !

La montagne recouvre tout le nord de cette région, et Venise n’est en fait qu’à 2h de Cortina d’Ampezzo, la « Megève » italienne. Voici qui augmente l’attrait de cette région pour les voyageurs qui souhaitent associer la beauté de l’art à la beauté de la nature pendant leur séjour.

Cortina d'Ampezzo, le séjour luxe d'AlpAddict
Cortina d’Ampezzo

Cortina d’Ampezzo, au fond d’un conque verdoyante et ensoleillée est entourée sur ses quatre côtés de hauts sommets culminant à plus de 3000m d’altitude (Tofane, Monte Cristallo, Sorapis, Pelmo…). D’ici vous pourrez visiter une région de montagne absolument magnifique, faire une incursion dans le Südtirol et découvrir ses influences autrichiennes, ou dans le Trentin et sa nourriture riche de produits locaux. Vous serez dans le Cadore, une région qui couvre les vallées qui affluent dans le Piave, une des grandes rivières italiennes, connues surtout pour les faits d’armes de l’armée italienne pendant la première guerre mondiale. D’autres villages nichés dans des vallées recouvertes de forêts sauront vous accueillir pour des séjours en pleine nature en été comme en hiver dans cet environnement très spectaculaire des Dolomites : Auronzo di Cadore, ou Sappada, par exemple, au Nord de la vallée du Piave.

AlpAddict en Vénétie
Sappada dans le nord de la Vénétie

Mais également la vallée de Agordo, jusqu’à Falcade pour voir l’autre face des Pale de San Martino, ou la Marmolada et son petit glacier.

Le Frioul

Le Frioul, quant à lui, à la frontière avec l’Autriche et la Slovénie, propose sur son territoire à la fois les plages de la mer Adriatique et les montagnes enneigées des Alpes Carniques (à la frontière Autrichienne) et les Alpes Juliennes (a la frontière Slovène).

AlpAddict en frioul
Lac du Predil

Dans toute cette région frontalière, vos yeux ne cesseront de remonter les pentes des montagnes pour balayer les fonds de vallée parsemés de petits villages, pour ensuite se perdre dans des forêts sombres, avant de déboucher sur les sculptures rocheuses des Dolomites.

Que ce soit dans la région de la Carnia autour de Coneglians, avec la station de ski de Ravascletto-Zoncolan, ou vers Tarvisio, dans la Val Bruna, ou à proximité des lacs du Predil, le calme et la tranquillité de ces lieux restés authentiques sauront reposer votre esprit quelques temps avant de reprendre votre chemin vers la Slovénie, l’Autriche ou vers la très belle ville de Trieste.

Vous voulez découvrir ce qu’il ne faut pas rater dans les Dolomites? Téléchargez gratuitement le guide « A la découverte des Alpes » !

Vous voulez organiser votre prochain voyage dans les Dolomites? Contactez AlpAddict en suivant ce lien.